Une Collection d'Autographes Redécouverts autour de Napoléon

le 25 Janvier 2013 à 14h Ajouter à mon calendrier ajouter à mon calendrier

ARTEMISIA auctions, 75009 Paris (France)

Ajouter cette vente à ma sélection
  Imprimer

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium

Lot 32

Adrien Louis Marie CAVELIER (Paris 1785 - 1867)

Estimation : 8 000 € / 12 000 €

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Ajouter ce lot à ma sélection

Adrien Louis Marie CAVELIER (Paris 1785 - 1867)
La grande glace pour la chambre de l'Impératrice Marie-Louise à Fontainebleau

Dessin à la plume, aquarelle. Cachet rouge de forme circulaire, portant le numéro 488 ter, disposé en bas à droite et référencé dans l'inventaire des modèles de la maison Odiot. 90 x 60 cm.

La glace de forme rectangulaire est surmontée d'un fronton, elle présente un miroir central monté sur pivots médians. L'encadrement est formé de deux montants latéraux en pilastre. Le dessin est constitué par deux supports à la base et fermés par deux chimères naturalistes.
Au milieu de chacun des quatre montants, une agrafe cernée d'une couronne de fleurs contient un papillon, de part et d'autre se déplient des palmettes.
Au fronton, le centre est animé par un ange triomphant, disposé sur une marche, tenant un arc et une couronne de laurier, de part et d'autre. L'ensemble aquarellé de couleur jaune indique une réalisation en vermeil.

Après des recherches documentaires approfondies, notamment dans les inventaires de la Maison Odiot, il apparaît que cette psyché a été dessinée par Adrien Louis Marie Cavelier pour la chambre de l'Impératrice Marie-Louise à Fontainebleau.
Elle fut exécutée par Jean-Baptiste Claude Odiot peu après le mariage de Marie-Louise d'Autriche avec Napoléon. Vers 1810
La redécouverte de ce grand dessin confirme l'importance que revêtit pour la Maison Odiot le mariage de Marie-Louise d'Autriche avec Napoléon en 1810.
On connaissait, jusqu'à présent, la psyché offerte à l'Impératrice par la Ville de Paris, et réalisée par le même Jean-Baptiste Claude Odiot, malheureusement fondue en 1832.
On sait désormais que d'autres modèles ont été dessinés et très vraisemblablement réalisés.
Le fait que cette commande ait pu concerner la chambre de Marie-Louise à Fontainebleau montre l'attachement certain de la nouvelle impératrice à ce haut lieu de l'histoire de France.

Cette grande glace servit de modèle à la psyché exécutée par Jean-Baptiste Claude Odiot en 1821 pour Sa Majesté le Tsar de Russie Alexandre 1er et qui en fit don à la princesse Gagarine ainsi qu'un ensemble de toilette comprenant un pot à eau, une cuvette et deux coffrets à bijoux.

Dessinée par Pierre-Paul Prud'hon vers 1815, cette psyché diffère quelque peu de celle de Cavelier dans la mesure où le piétement est formé de deux amours musiciens assis avec des montants canéphores ornés de volutes et palmettes.
Le fronton y est traité en ronde-bosse avec une représentation de la naissance de Vénus.
Par la suite, cette pièce fut acquise par le Comte X*** dont la propriété se trouve sur les bords du lac de Constance.