Dessins d’écrivains : Collection Pierre et Franca Belfond

le 14 Février 2012 à 14h30 Ajouter à mon calendrier ajouter à mon calendrier

Artcurial - Briest-Poulain-F.Tajan, Paris

Ajouter cette vente à ma sélection
  Imprimer

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium

Lot 8

BRETON, André - Portrait de Robert Desnos

Estimation : 20 000 € / 30 000 €

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Ajouter ce lot à ma sélection

BRETON, André
Portrait de Robert Desnos
Dessin original, signé de ses initiales en bas à droite, avec légende et date autographes par Robert Desnos, " Robert Desnos par André Breton " (en bas à droite) et " 23. 6. 23 " (en bas à gauche).
Aquarelle, 24 x 16, 5 cm, encadrement sous verre.

Desnos en sommeil hypnotique. Dans cette composition éclatante de couleurs, André Breton a représenté le poète incliné en arrière, les jambes croisées, la tête sur une main, mais en omettant de dessiner le lit ou le canapé qui le supporte, d'où un effet étrange de course aérienne en projection de perspective écrasée.
Ce dessin représente Desnos dans une posture très proche de celle où l'a fixé Man Ray dans un des portraits publié par Breton dans Nadja en 1928.

Un hommage par le " pape " du surréalisme à son " prophète ". À partir de 1922, Desnos participa activement aux travaux des surréalistes - articles, tracts, manifestations - et s'imposa comme un virtuose de l'écriture automatique et du discours sous sommeil hypnotique. Tandis que Desnos évoquait Breton dans plusieurs poèmes, portraits automatiques et articles, André Breton lui consacrait le poème " Ma mort par Robert Desnos " (Clair de terre, 1923), et en faisait l'éloge dans divers articles et ouvrages dont " Les mots sans ride " (Littérature, 1922), Les Pas perdus (1924), Nadja (1928), et surtout le Manifeste du surréalisme (1924) :
" Demandez à Robert Desnos, celui d'entre nous qui, peut-être, s'est le plus approché de la vérité surréaliste [...]. Aujourd'hui Desnos parle surréaliste à volonté.
La prodigieuse agilité qu'il met à suivre oralement sa pensée nous vaut autant qu'il nous plaît de discours splendides et qui se perdent, Desnos ayant mieux à faire qu'à les fixer.
Il lit en lui à livre ouvert et ne fait rien pour retenir les feuillets qui s'envolent au vent de sa vie. "
Une amitié achevée sur une brouille retentissante.
La réticence de Desnos à se plier à une discipline de groupe (il refuse par exemple d'adhérer au parti communiste en 1927) et ses travaux alimentaires de journalisme (qui espacèrent ses collaborations) rencontrèrent l'opposition intransigeante de Breton : la rupture intervint en 1929 et Breton annonça l'exclusion de Desnos dans son Second manifeste du surréalisme. Desnos répliqua en s'associant avec d'autres exclus, Bataille, Leiris et Masson, pour rédiger le pamphlet Un Cadavre (janvier 1930) dans lequel sa contribution est signée du pseudonyme " Thomas l'imposteur ".
Il publia également un " Troisième manifeste du surréalisme " (Le Courrier littéraire, mars 1930), dans lequel il s'attaque à la vie publique et privée de Breton, dénonçant son hypocrisie et son puritanisme :
" Le surréalisme tel qu'il est formulé par Breton est un des plus graves dangers que l'on puisse faire courir à la libre pensée, le piège le plus sournois où l'on puisse faire tomber l'athéisme, le meilleur auxiliaire d'une renaissance du catholicisme et du cléricalisme. "

Exposition
- EL POETA COMO ARTISTA.
Las Palmas, Centro Atlántico de Arte Moderno, 4 avril-21 mai 1999. Reproduction p. 177 du catalogue.

Bibliographie
- DESNOS (Robert). Œuvres. [Paris], Gallimard, Quarto, 1999. Reproduction en noir p. 305.
- DESSINS D'ECRIVAINS. Paris, Éditions du Chêne, 2003. Reproduction en couleurs p. 89.
- FAUCHEREAU (Serge). Peintures et dessins d'écrivains. Paris, Éditions Belfond, 1991. Reproduction en couleurs p. 157.
- KOPP (Robert). Album André Breton. [Paris], Gallimard, Nrf, Pléiade, 2008. Reproduction en couleurs p. 89.

Thème : Peintures et dessins