Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 142 - Jean-Marc Nattier Paris, 1685 - 1766 - Portrait d'Eléonore Louise de Berville, [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Jean-Marc Nattier Paris, 1685 - 1766
Portrait d'Eléonore Louise de Berville, marquise de Hallay-Coetquen
Toile
Signée et datée 'Nattier pinxit / 1751' en bas à gauche

Portrait of Eleonore Louise de Berville, marquise de Hallay-Coetquen, oil on canvas, signed and dated, by J.-M. Nattier
70,50 x 58 cm (27,76 x 22,83 in.)
Provenance : Collection Emmanuel Agathe, marquis du Hallay, comte de Montmoron, époux du modèle ;
Par descendance à son fils Jean Georges Frédéric Emmanuel du Hallay, marquis du Hallay-Coetquen ;
Par descendance à sa fille Annette du Hallay-Coetquen, épouse de Henry, comte de Brigode ;
Collection du comte de Brigode, château de Follembray, jusqu'en 1936 ;
Vente de divers amateurs, Paris, Galerie Charpentier, Me Baudouin,12 juin 1936, n°17, repr. pl. VI (adjugé 225.000 francs) ;
Acquis par les parents du propriétaire actuel lors de cette vente ;
Collection particulière, Paris

Bibliographie : 'Le Figaro', 3 juin 1936, p. 4, repr.
'Le Matin', 13 juin 1936, p. 1, repr. et p. 5
'Comoedia', 14 juin 1936, p. 3
'La Revue de l'Art ancien et moderne', t. 70, n° 372, juillet 1936, p. 50 et repr. p. 47
Xavier Salmon, 'Jean-Marc Nattier', Paris, 1999, p.307 : "[1751...] Nattier signe et date le portrait de [...] la marquise de Hallay-Coëtquen (non-localisé)"
Philippe Renard, 'Jean-Marc Nattier (1685-1766): un artiste parisien à la cour de Louis XV', Paris, 1999, p. 112 et repr. p. 173
Commentaire : Exécuté en 1751, notre tableau s'inscrit à l'apogée de la carrière de Nattier, alors qu'il reçoit de nombreuses commandes pour les différents membres de la famille royale, dont les portraits des quatre filles de Louis XV (Sao Polo, Musée d'Art).
Notre portrait, réalisé alors que Louise Eléonore de Berville n'a encore qu'une dizaine d'années, est un exemple des plus séduisants de l'art de Nattier. Emergeant d'un fond neutre, où l'on distingue un encadrement de pierre, elle écarte, ou au contraire referme, un rideau. L'étoffe moirée qui renvoie les reflets lumineux est un des plus beaux exemples de l'art de Nattier dans le rendu des matières. Il atteint là une perfection qui se retrouve également dans la chemise blanche dont la bordure délicate souligne la courbe des épaules et le décolleté. Le visage à l'ovale parfait, à l'impassibilité presque énigmatique, est présenté sans apprêt, les yeux au regard velouté fixant le spectateur. Seule sa coiffure sacrifie à la mode, cheveux poudrés et ornés de perles et de fleurs, alors que la simplicité apparente du costume fait ressortir sa beauté. Celle-ci est d'ailleurs rapportée par Julie de Lespinasse dans l'une de ses lettres au comte de Guibert : " Le comte d'Argenson dit en voyant, pour la première fois, la jolie mademoiselle de Berville, qui était sa nièce : " Ah ! elle est bien jolie ! il faut espérer qu'elle nous donnera bien du chagrin. " " (Julie de Lespinasse, Lettres, publiées par E. Asse, Genève, 1994, p.25-26).
Eléonore Louise Le Gendre de Berville (c.1743 - 1761), épouse en 1761 Emmanuel Agathe, marquis du Hallay, comte de Montmoron, officier des Mousquetaires noirs et mestre de camp de cavalerie, aide de camp du maréchal de Rohan-Soubise, Premier veneur de Monsieur, comte d'Artois, Lieutenant Général, commandeur de l'ordre de saint Louis. Il se remarie en 1795 avec Elisabeth Emiliane d'André dont il aura un fils. Leur petite fille, Annette du Hallay-Coetquen, épouse en 1849 à Bruxelles Henry, comte de Brigode.
Le château de Follembray est le château de Lambrefault dans le roman de Paul Vialar La grande meute, qui est l'histoire du comte de Brigode.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes