Succession Daniel Carasso : Tableaux, Sculptures, Mobilier

le 19 Mars 2010 à 15h Ajouter à mon calendrier ajouter à mon calendrier

Piasa, Paris


Ajouter cette vente à ma sélection
  Imprimer

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium

Lot 66

Vers 1760 - Très rare large métier à tisser ou à broder…

Estimation : 12 000 € / 18 000 €

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Ajouter ce lot à ma sélection

Très rare large métier à tisser ou à broder, en bois doré à décor laqué en camaïeu gris et bleu, de guirlandes de fleurs, d'œillets et de feuillages.
Le porte-métier, à mécanisme de bronze articulé, est supporté par des montants en balustre, reposant sur un plateau, évidé au centre. Ce dernier est supporté par deux équerres en bronze, fixées latéralement sur des montants plats à pieds en archet.
Vers 1760 (Quelques éclats)
Hauteur : 97 cm (38 1/4 in.), Largeur : 135 cm (53 1/8 in.), Profondeur : 21 cm (8 1/4 in.)

Rare témoignage du raffinement appliqué à la vie quotidienne des dames de la haute société parisienne du XVIIIe siècle, ce métier à tisser ou à broder se distingue des modèles connus de par son exceptionnel décor en vernis Martin doré rehaussé d'élégants branchages bleuâtres.
La plupart des modèles répertoriés sont en bois de placage, sans décor particulier (voir notamment celui conservé au Musée des Arts décoratifs de Lyon), l'on en distingue également dans certains portraits réalisés par Carmontelle au milieu du XVIIIe siècle.
Certains modèles, parmi les plus aboutis, sont souvent en bois laqué de couleur uni ; c'est ainsi qu'un métier à broder laqué noir apparaît sur le portrait de la marquise de Pompadour par François-Hubert Drouais conservé à la National Gallery à Londres ; un autre exemplaire, cette fois en bois laqué corail, figure sur le portrait de la marquise de Faventines passé en vente à Paris, Mes Laurin-Guilloux, le 2 décembre 1998, lot 54.
Enfin, mentionnons que le marchand Lazare Duvaux en livra un exemplaire en 1751 « en verni vert poli à relief en or, garni de ses ferrures dorées d'or moulu » destiné à la Dauphine et qu'un second fit partie de la vente aux enchères de la collection du fermier général et ancien secrétaire du roi, Jean-François Leroy de Senneville, le 5 avril 1780.
Sous le n°296 du catalogue était décrit : « Un métier à broder, aussi verni, de Martin, garni de ses crochets, vis et écrous dorés en feuilles ».