Rétromobile : Deuxième Vacation chez Artcurial, Paris

Fin de la vente: le 03 Février 2012


Ma sélection Découvrir la maison de ventes

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 348 - 1970 Citroën D Super berline découvrable Chapron

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

1970 Citroën D Super berline découvrable Chapron
N° de série : 3850217

-modèle probablement unique transformé par Chapron
-Sortant de restauration
-Un Torpédo moderne

A l'aube des années soixante-dix, la presse quotidienne régionale est florissante.
Incontournable, sur le vieux port de Marseille, les pécheurs comme les marins, tous se plongent chaque matin dans les pages à l'encre à peine sèche du Provencal.
Ils y trouvent les infos nationales ou internationales, mais aussi toute la vie des Bouches-du-Rhônes, dont notamment les dernières infos sportives.
Il est de ce fait tout a fait légitime pour la direction du journal "Le Provencal" de souhaiter se doter d'un véhicule qui permette à la fois de suivre des manifestations sportives et de représenter honorablement le quotidien dans ses déplacements.

C'est donc fort logiquement une berline Citroën D Super qui est choisie dans la gamme 1970 du constructeur.
Cette finition est retenue car son moteur d'ID20 est réputé fiable, que cette base évite la sophistication technique des DS 21, et que les éventuelles réparations en sont ainsi simplifiées.
La voiture est confiée au carrossier levalloisien Henri Chapron.

Il connaît donc fort bien cette automobile et n'a aucune difficulté à concevoir une berline à quatre portes, totalement découvrable, mais qui conserve ses renforts latéraux afin de garantir la rigidité de la plateforme.
La voiture est peinte de couleur blanche, avec une capote en cuir noir entièrement repliable sur l'arrière du pavillon, lunette comprise. La voiture porte alors le numéro d'immatriculation 121 DY 13.
Le propriétaire actuel de l'auto a récolté de nombreux témoignages d'anciens salariés du journal "Le Provençal".
Nous pouvons préciser que cette Citroën DS découvrable a été conduite lors des courses cyclistes par 2 chauffeurs marseillais, Mr Delpéro Armand et Mr Esteve Philippe (décédé) qui se relayaient durant les étapes.
A l'arrière se trouvait Mr Tailleu Maurice (décédé en 2006) journaliste sportif spécialisé dans le cyclisme.

De mémoire Michel Tailleu, le fils de Maurice Tailleu, qui a participé au coté de son père à des manifestations sportives, se souvient que sur la voiture figurait "Le Provençal" et "Le Soir".
Il se rappelle aussi que se trouvaient sur le pare chocs avant 2 portes fanions afin de fixer des fanions jaunes.
Le Provençal.

Mr Delpéro Armand dit avoir été prendre livraison de cette voiture en 1970 au Quai de Javel, quand elle est sortie des Ateliers Chapron à Levallois, et l'a descendue à Marseille en rodage.
L'ensemble de ces témoignages affirment également qu'il n'y a eu qu'une seule découvrable pour le Journal Le Provençal, ce qui tendrait à dire qu'il n'y aurait eu qu'une seule automobile contrairement à l'historique réalisée en 1992 par l'excellent Olivier de Serres dans lequel il écrit qu'il y en aurait deux.

En 1978, la voiture est devenue obsolète pour représenter un quotidien régional qui veut afficher une image de modernité.
Elle est acquise par un psychiatre marseillais, le Docteur Dominique Lardennois, qui la trouvant trop marquée dans son coloris blanc, la fait repeindre en noir par un ancien compagnon des ateliers Chapron, qui lui confectionne également une nouvelle capote beige.

L'intérieur tissu, quelque peu fatigué par l'usage intensif des journalistes, est remplacé par un intérieur en cuir en finition Pallas. C'est dans cette configuration que les éditions Atlas proposeront en kiosque une miniature au 1/43e dont les côtes furent prises sur cette auto unique.
En 1982, notre D Super découvrable Chapron change de main. Rappelez-vous, dans les années soixante-dix, toute la France chante : "Qu'est-ce qu'y fout, qu'est-ce qu'il a, l'a une drôle de caisse, ce gars-là !".
Quoi de plus normal donc, que l'auteur de cette chanson décalée, s'offre à son tour "une drôle de caisse".

C'est ainsi que la D Super devient la propriété de Pierre Vassiliu qui, fidèle au texte de sa chanson, lui donne de facto "une drôle de gueule", sous la forme d'une peinture verte et d'une capote noire.
C'est sous cette livrée bucolique que la voiture parcourras pendant sept années les petites routes du Luberon, sous l'immatriculation 7628 RW 84.
Rachetée en 1989 par un amateur toulousain, la voiture va dormir dans une grange pendant vingt-deux longues années.
Elle est finalement sauvée de sa pénible agonie par un collectionneur parisien qui va lui offrir une salutaire restauration intégrale.
Par respect de sa fonction d'origine, il lui redonne sa couleur blanche initiale, ainsi qu'une nouvelle capote noire. Seul l'intérieur cuir à finition Pallas est conservé.
Elle porte alors le numéro d'immatriculation AZ 720 HX. Quarante et une années après sa naissance, lors des multiples promenades cheveux au vent que son propriétaire effectue dans la capitale, cette superbe et atypique automobile suscite toujours autant l'estime et l'admiration des passants qu'au jour de sa livraison.
Disposant de l'indestructible et très fiable moteur 1985 cm3 à carburateur, d'une boîte de vitesse manuelle, et de la suspension hydraulique, la D Super allie la fiabilité et le confort de l'ID 20 à la distinction de la DS 21.

Les occasions de devenir l'heureux propriétaire d'une Citroën DS aménagée par le prestigieux carrossier Henri Chapron ne sont pas nombreuses. Celles de disposer d'une carrosserie probablement unique sont, elles, rarissimes !
Valeur d'investissement, cette superbe et atypique automobile vous offre également le plaisir incomparable de pouvoir rouler confortablement tout en offrant aux occupants un regard en 3D sur le paysage traversé.
Vous pourrez ainsi constater que, comme disait cet autre poète, C'est beau une ville la nuit !
Carte grise française

-Thought to be unique model adapted by Chapron
-Fresh from restoration
-A modern Torpedo

At the start of the 1970s, regional daily papers were thriving. Day in, day out, in the old port of Marseille, copies of Le Provencal, with ink barely dry, would be read from cover to cover by fisherman and sailors alike.
This was how they discovered the news, regional and national, as well as the life of the Bouches-du-Rhônes, notably the latest sports news.
It was therefore completely legitimate for the management of Le Provencal to equip themselves with a vehicle which would allow them to cover various sporting events while proudly representing the daily paper on its business trips.
It was a logical step, therefore, to choose a Citroën D Super saloon from the 1970 range.
This specification was selected because the ID20 engine was reputed to be reliable, being less sophisticated than the DS 21 and therefore easier to repair. The car was given to the coachbuilder Henri Chapron from Levallois.

He knew the car well and had no problems designing a totally convertible four-door saloon that retained the side supports to keep the platform rigid.
The car was painted white with a black hood that folded away completely - including the rear window - at the back. The car was registered with the number 121 DY 13.
The current owner of the car has collected numerous stories from previous employees of the newspaper Le Provencal.
We know that this convertible Citroën DS was driven during cycle races by two drivers form Marseille, Mr Armand Delpéro and Mr Philippe Esteve (deceased) who took turns during the stages. In the back was Mr Maurice Tailleu (deceased in 2006), a sports journalist specialising in cycling. Maurice Tailleu's son, Michel Tailleu, took part in sporting events with his father, and remembers that the names of the papers.
Le Provençal and Le Soir both appeared on the car. He also recollects two yellow.
Le Provencal flags attached to the front bumpers.

Mr Armand Delpéro is said to have taken delivery of this car in 1970 at the Quai de Javel, after it had been run in on the way to Marseille from the Chapron workshop in Levallois.
Witness accounts also confirm that there was just one convertible car for le Provencal implying that this was the only car.
This contradicts the history written in 1992 by the excellent Olivier de Serres who suggested there would have been two.
In 1978, the car became obselete for the job of representing a regional paper that wanted to project a modern image. It was bought by a psychiatrist from Marseille, Dr Dominique Lardennois.
Deciding that it stood out too much in white, he had the car painted black by a former Chapron employee, who also crafted a new beige hood for him.

The interior fabric, rather tired from the intensive use it had had from sporting journalists, was replaced with a Pallas leather finish. It is in this livery that Atlas publishing offered a 1:43 scale model of this unique car on the newsstands.
In 1982, our convertible D Super Chapron changed hands. Do you remember, in the 1970s, the whole of France singing "Qu'est-ce qu'y fout, qu'est-ce qu'il a, l'a une drôle de caisse, ce gars-là !".
(What the hell is that he has, it's a strange car, that guy has !)
What could be better therefore, than that the writer of this quirky song should treat himself to "une drôle de caisse".
(a strange car).
And so the Super D became the property of Pierre Vassiliu. True to the lyrics of the song, he gave the car "une drôle de gueule", a funny face, by painting it green with a black hood.
For seven years the car was driven round the country lanes in Luberon in this distinctly rural livery, registered as 7628 RW 84.
Bought by an enthusiast from Toulouse in 1989, the car then spent twenty-two long years resting in a barn. It was finally saved from this imprisonment by a Parisian collector who treated the car to a total restoration.

In deference to its origins, he painted it white, with a black hood. Just the leather interior with Pallas finish was preserved, and the car was re-registered AZ 720 HX. Forty-one years after it was built, this superb and unusual motor car still attracts admiring glances, when it is driven, hood-down, around the capital by its owner. With an amenable, indestructible and totally reliable 1985 cc engine with carburettor, manual gearbox and hydraulic suspension, this D Super combines the reliability and comfort of the ID20 with the distinction of the DS 21.
There are very few opportunities to become the proud owner of a Citroën DS converted by the prestigious coachbuilder Henri Chapron.
And with an apparently unique body, opportunities are even rarer ! With value as an investment, this wonderful and unusual motor car offers the perfect pleasure of a comfortable drive, with a 3D view of the passing scenery. You could also say, as a certain poet once said "C'est beau une ville la nuit !"
French title

Demander plus d'information

Thème : Véhicules de Collection Ajouter ce thème à mes alertes

Chargement en cours
A voir aussi sur Auction