Arts d'Asie - Collection du Dr. Thierrart chez Millon et Associés Paris, 75009 Paris

Fin de la vente: le 09 Mars 2017


Ma sélection

Pour certain lots une caution est demandée : http://www.millon.com/paiement/avance.jsp

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 91 - Chine, début de la période des Zhou Occidentaux, XIe-Xe siècle avant J.-C. - [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Chine, début de la période des Zhou Occidentaux, XIe-Xe siècle avant J.-C.

罕见西周(前1046年―前771年)饕餮青铜面具

Exceptionnel masque en bronze de patine verte et brune, figurant un Taotie, moulé en deux parties se joignant au niveau de l’arête centrale du nez, les traits du monstre ou « glouton », à savoir nez, cornes, yeux, oreilles et crocs, traités en haut relief et soulignés de motifs stylisés incisés. La surface porte des traces sans doute d’une vannerie ou natte de bambou, au contact de laquelle l’objet se trouvait lors de son enfouissement, et dont les motifs se sont imprimés dans le bronze corrodé.

Au revers, le long du bord médian de chaque partie, apparaissent deux petits anneaux confirmant que le masque était probablement une pièce d’applique.

(Accidenté)

H. 32 cm – L. 34 cm

Reproduit dans :

D. Lion-Goldschmidt et J.-C. Moreau-Gobard, Arts de La Chine, Office du Livre, Fribourg, 1960, pl. 33, pp. 80-81.



Bien que le thème du masque de Taotie soit un motif classique du décor des bronzes archaïques chinois, il existe très peu de pièces connues comparables à notre masque, exceptionnel notamment par sa dimension. Il peut cependant être rapproché de celui ayant appartenu à la collection David-Weill, vendu par Sotheby’s à Paris, le 15 dec. 2015, lot no. 10 du catalogue « Trésor de la Chine ancienne de la collection David David-Weill », légèrement plus petit, traité en trois parties au lieu de deux, et d’un style plus anguleux. La collection David-Weill nous livre un autre masque de Taotie, lot no. 23, d’une seule pièce celui-là, ajouré et de dimension encore légèrement inférieure.



Il est par ailleurs difficile, lorsque l’on parle de masques de Taotie, de ne pas évoquer la culture de Sangxingdui, du nom du site éponyme qui a pu être une capitale du royaume de Shu, situé dans la province du Sichuan, au sud-ouest de la Chine. Les fouilles de Sangxingdui ont permis de mettre au jour, dès 1986, tout un ensemble de pièces exceptionnelles en bronze, contemporaines du milieu et de la fin de la dynastie Shang, dont des représentations humaines, des masques anthropomorphes et un certain nombre de masques de Taotie. Ces derniers, plus petits que notre masque, et d’une seule pièce, s’en différencient par un style évidemment caractéristique de cette culture. Ils n’en demeurent pas moins un témoignage fondamental de l’importance de ce thème dans les différentes cultures de la Chine à cette époque, où le Taotie n’est pas seulement confiné au rôle de motif décoratif en association symbolique avec d’autres motifs sur différents supports, mais est traité comme une entité symbolique à part entière.



Il est cependant difficile d’en déterminer la signification précise. Le terme Taotie, qui apparaît dans les « Annales du Royaume de Lü » de la période du Printemps et Automne (VIIIe-Ve siècle avant J.C.), a été approximativement traduit par « glouton », pour son aspect féroce et dévoreur. Mais depuis que les bronzes archaïques chinois ont attisé l’intérêt du monde occidental, et particulièrement dès la première moitié du Xxe siècle, les théories se sont succédées ou côtoyées quant à sa signification : simple motif décoratif, figuration symbolique des sacrifices aux ancêtres lors des rituels, esprit protecteur de l’âme des défunts, toutes les explications ont été tentées, sans qu’aucune puisse jamais être prouvée dans la mesure où aucun texte écrit contemporain n’a pu et ne pourra venir corroborer ces interprétations.



Il n’en demeure pas moins que l’on ne doit pas être très loin de la vérité en conférant à ces figures un caractère éminemment protecteur et chasseur de mauvais esprits, tant il est vrai qu’à travers les âges et les cultures, l’être humain fonctionne selon un nombre fini de schémas qui ne se différencient que par l’éclairage culturel qui leur est conféré.

罕见西周(前1046年―前771年)饕餮青铜面具



面具整体敦朴稳定,雄浑庄严,面具从兽鼻中心分为两部分铸造,其锈色自然,铸工精湛,保存状态佳。饕餮刻画得夸张大气,象征着超脱凡尘的神秘力量,威风豪放,尊贵无比。



回钩状獠牙为西周饕餮纹的典型表现。兽目炯炯,形圆且雕刻突出。兽眉夸张凝聚如祥云舒展,兽耳灵巧对称刻于面具两侧。兽齿排列整齐微闭。面具采用平雕和浮雕的手法。表面有明显的细线状不规则划痕,符合青铜应用陶、木、竹、骨石制模的特点。面具背后可看到左右两侧各有两处细环,相信面具曾经被悬挂装饰。



高. 32 cm – 宽. 34 cm

估价:二十至三十万欧元



曾出版于D. Lion-Goldschmidt 和 J.-C. Moreau-Gobard先生1960年所著《中国艺术》(Arts de La Chine)第 33页 . 80-81页.



尽管饕餮纹饰在青铜艺术品中较为常见,但体型如此硕大的饕餮青铜面具缺十分稀有。2015年12月15日有巴黎苏富比拍卖公司《David-Weill古代中国艺术珍藏》专拍上10号和23号拍品的风格近似但体积略小于本品。



青铜器是指以青铜为基本原料制成的器皿和其他用具。青铜是以红铜和其他化学元素的合金。因其铜锈为绿色,因此得名青铜器。中国早期青铜器出现在公元前3000年左右,代表了先秦以来中国古代艺术的水平,器型种类繁多,造像奇特,纹饰丰富,铸造技术复杂,其上数量庞大的金文铭文也是承载了中国古代历史和汉语文字历史的重要证明。青铜器产生于夏代,发展于商早期,繁盛辉煌于商晚期至西周初期。



与诸多青铜器具文物相比,青铜面具相对罕见。有学者指出青铜面具的主要用途有盾饰、马冠饰、车饰和祭祀用具。青铜面具早期以人面具为主,三星堆遗址大量出土的人形面具为证;后期兽面具也相继出现,且根据你目前全国的出土报告,北方地区出现的青铜面具多于南方遗址。



面具在古代文明中是十分重要的礼器,特别与巫术原始宗教的产生和发展有关。在青铜面具出现以前,面具就以植物纤维和陶土等其他材料形式制作。在掌握了青铜铸造技术后,这种质地坚硬厚重的材料成为了古代君王和贵族制作面具的首选。

Demander plus d'information

Thème : Sculptures Ajouter ce thème à mes alertes

Chargement en cours
A voir aussi sur Auction