Dessins Anciens et Modernes chez Ader, 75009 Paris

Fin de la vente: le 24 Mars 2017


Ma sélection Découvrir la maison de ventes

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 212 - Constantin BRANCUSI (1876-1957) - étude de femme, vers 1911-12 - Mine de plomb et [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Constantin BRANCUSI (1876-1957)
étude de femme, vers 1911-12
Mine de plomb et rehauts de crayon de couleurs.
Signé en bas à droite.
(Petite déchirure en pied, et légère insolation).
25,9 x 18,6 cm

Provenance :
Collection Jean Cottel. Acquis directement de ses descendants par l’actuel propriétaire.
Un portrait de Brancusi par Jean Cottel réalisé en 1945 et situé « impasse Ronsin » témoigne des échanges qui purent exister entre les deux hommes. (Provenance : vente Loudmer, Paris, 25 mars 1968).

L’authenticité de cette œuvre a été aimablement confirmée par Madame Margit Rowell.

Notre dessin est à rapprocher de l’étude de femme, crayon bleu et brun sur papier, 43,1 x 27 cm, collection particulière, reproduit in Margit Rowell, Ann Temkin, Constantin Brancusi, 1876-1957 : expositions, Centre Georges Pompidou, Paris, du 14 avril au 21 août 1995, Philadelphia Museum of Art, Philadelphie, du 8 octobre au 31 décembre 1995, Paris, Gallimard, 1995, n°113, p. 291.
Il fait partie d’une série de dessins qui selon Margit Rowell « rappellent la sculpture de Femme se regardant dans un miroir de 1909 […] et préfigurent la Princesse X, de 1916. Exécutées pour la plupart aux crayons de couleur, on y retrouve, comme dans la première sculpture, la tête inclinée et la chevelure ondulée, motifs réduits à une expression synthétique dans la seconde.
Il semble que la source d’inspiration ait été une illustration, conçue pour les Mille et une Nuits, par le peintre portugais Souza Cardoso, ami de Brancusi […]. Mais on peut également rapprocher les formes généreuses et le traitement décoratif de ces dessins de l’art gupta de l’Inde. Hypothèse assez vraisemblable, puisque l’on sait qu’à l’époque Brancusi fréquentait les collections asiatiques parisiennes.
L’emploi de crayons de couleur, comme le fait Modigliani en 1911-1912, qui, à la même période, fréquentait aussi les collections asiatiques, rapproche ces deux artistes et amis un bref instant. » (Ibid. p. 290 et 291).

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes

Chargement en cours
A voir aussi sur Auction