Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 111 - Egon SCHIELE - (1890-1918) - Portrait de Mme Grünwald et de sa fille (Hélène et [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Egon SCHIELE
(1890-1918)
Portrait de Mme Grünwald et de sa fille (Hélène et Lennie)
Fusain sur papier.
Signé et daté 1918 en bas à droite.
47 x 30 cm
Provenance :
- Collection Gustave et Maria Nebehay
- Dans leur descendance

Œuvres en rapport :

Deux études, l’une de la mère (fig.1) et l’autre de sa fille (fig.2), sont connues et reproduites (Kallir 2174a et 2215). Notre dessin est en quelque sorte l’assemblage de ces deux études.
D’après le catalogue de Jane Kallir, il s’agit très probablement d’Hélène Grünwald, épouse de Karl Grünwald et de leur fille. Ce dernier, fils d’antiquaire, membre de l’Etat-major de l’Intendance Impériale, aide le peintre qu’il avait pris en sympathie durant la guerre, à quitter son cantonnement d’affectation pour une mutation à Vienne ; ce qui permit à Schiele en 1916 de reprendre son activité artistique interrompue par la mobilisation. Après des débuts scandaleux (et qui ont conduit Schiele en prison), la carrière de l’artiste connaît en 1917 une courbe ascendante ; il est considéré comme un des jeunes artistes autrichiens les plus doués.
Grünwald va aider Schiele dans sa tentative d’organisation d’une Kunsthalle (Maison des Arts à l’imitation de la Sécession de vingt ans antérieure et lieu de rassemblement spirituel, destinée à mettre en rapport direct les artistes et les collectionneurs) mais qui n’aura pas de pérennité. Schiele exécute de nombreux portraits de Karl Grünwald (fig.3).
Depuis 1915 et son mariage avec Edith Harms, la vie de Schiele est marquée par une esquisse de bonheur conjugal et un réel apaisement psychologique – en témoigne La famille, 1918.
Notre dessin, description de l’affection familiale chez des proches du peintre, possède un tracé doux et des formes remplies, en réaction aux contours heurtés, anguleux des corps squelettiques du début des années 10.
Après le décès de Gustav Klimt au début de l’année 1918, Schiele devient le principal exposant de la Sécession. Il y expose 19 tableaux et 29 dessins dont il vend un grand nombre et obtient des commandes de portraits de la part de la société viennoise. Malheureusement, le parcours du peintre devait subitement s’arrêter à l’automne de 1918, à l’âge de 28 ans, frappé comme son épouse par l’épidémie européenne de grippe espagnole.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes