Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 27 - Ferrari - 250 GT Cabriolet Pinin Farina Série 2 - 1960

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Ferrari
250 GT Cabriolet Pinin Farina Série 2 - 1960

Ferrari avait pris l'habitude de présenter ses nouveaux modèles au Salon de l'Automobile de Paris, début octobre. Le stand Ferrari à Paris, en 1959, eut la primeur de la présentation au public de deux nouvelles voitures : la plus sportive était la 250 GT Berlinetta, que les anglo-saxons surnommèrent bien vite SWB (pour Short Wheel Base), pour la distinguer par son empattement de 2400 mm de sa devancière, berlinette châssis long, 2600 mm d'empattement et la 250 GT cabriolet Pinin Farina appelé série II pour la distinguer des voitures construites à partir de 1957. Un de ces premiers cabriolets #1213 appelés de nos jours série I a servi de prototype de style pour la série II. Les deux voitures du Salon de Paris 1959 étaient les premières d'une nouvelle génération de Ferrari utilisant le nouveau moteur V12 à 60°, qui s'était taillé une réputation enviable en compétition. Les principales innovations de ces moteurs par rapport à leurs devanciers concernaient les culasses : les bougies trouvaient maintenant leur place à l'extérieur du V (outside plug) et les antiques ressorts en épingle étaient remplacés par des ressorts hélicoïdaux. Les deux châssis recevaient des freins à disques, le cabriolet était équipé d'une nouvelle boîte de vitesses, à quatre rapports + overdrive.
Comme les châssis et les moteurs n'étaient pas entièrement nouveaux, mais des évolutions des châssis et moteurs précédents, on retint leurs appellations précédentes, 508 et 128 respectivement, mais assorties de la lettre F pour marquer l'évolution avec les types B, C et D ; E étant toujours en développement.
Les carrosseries des deux voitures furent le résultat du travail de la « Carrozzeria Pinin Farina S.P.A » de Turin, mais seul le cabriolet fut dessiné et construit par et chez Pinin Farina, la berlinette étant manufacturée chez Scaglietti, comme il était de mise à l'époque chez Ferrari qui confiait à la firme turinoise les carrosseries de ses modèles luxueux et coûteux, alors que les voitures plus sportives étaient envoyées à Modène, chez Scaglietti.
Le dessin du cabriolet série II empruntait des éléments à la fois au précédent cabriolet série I, mais aussi au coupé entré en production en 1958, le traitement du nez et de l'arrière était presque similaire à celui du coupé. Du précédent cabriolet, le nouveau héritait de l'aile arrière et de l'entrée d'air sur le capot avant (quoique certaines voitures aient été construites sans cette ouverture). Deux cents exemplaires seulement furent construits, beaucoup ont des pedigrees impressionnants, beaucoup ont des différences d'une carrosserie à l'autre. Ainsi, certaines ont des sorties d'air derrière les passages de roues avant, d'autres pas. La voiture évolua pendant ses deux années de production, qui se fit en deux fois cent voitures, ainsi qu'on peut le relever
dans les livres de Pinin Farina. Mécaniquement, le moteur fut amélioré et les amortisseurs Houdaille laissèrent leur place à des Koni télescopiques.
La voiture présentée est une Ferrari 250 GT, cabriolet Pinin Farina série 2 #1805 GT, moteur #1805 GT. #interno 446 F. De couleur ivoire clair, cuirs, moquette et capote beige, c'est une voiture qui a été bien restaurée aux Etats-Unis il y a une dizaine d'années. La sellerie de qualité est neuve, ainsi que les belles jantes Borani. Cet élégant cabriolet affiche 60.954 miles au compteur et, comme la plupart des Ferrari ayant longuement séjourné aux Etats-Unis, est équipé de la climatisation.

Carte grise française.

Voir suite de la fiche descriptive lot "27 suite"

Demander plus d'information

Thème : Véhicules de Collection Ajouter ce thème à mes alertes