Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 137 - Henri MARTIN (1860 - 1943). - Peupliers en bordure du Vert près de [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Henri MARTIN (1860 - 1943).
Peupliers en bordure du Vert près de Labastide-du-Vert.
Huile sur toile, signée en bas à gauche.

Provenance : Collection particulière, région parisienne.

Bibliographie : Figurera dans le catalogue raisonné de l’œuvre d’Henri Martin actuellement en préparation par Marie-Anne Destrebecq-Martin.

Nous remercions Cyril Martin qui a aimablement confirmé l’authenticité de cette œuvre.

Le catalogue de l’exposition, Henri Martin 1860 – 1943, Toulouse – Paris, 1983 nous donne une idée très exacte du cheminement artistique de l’artiste et le descriptif du Vert ci-dessous semble être écrit pour notre toile, pages 72 & 73 il est indiqué : …Il découvre en 1900 [à] Marquayrol, une belle bâtisse à vendre qui surplombe le village de Labastide-du-Vert proche de cahors.
Il l’achète sans se douter que sa vie et son œuvre toute entière en seront illuminés, et y séjourne habituellement de mai à novembre.
Á une centaine de mètres de l’habitation principale il construit un atelier … Cet atelier est au cœur même de la création d’Henri Martin, c’est dans ce lieu qu’il exécute ses toiles les plus achevées, là que des heures durant il travaille à traduire la beauté des paysages quercynois … Il choisit ensuite ses sujets à partir de ce point privilégié en auréoles concentriques : le village puis la vallée du Vert …Le ruisseau du Vert ….Henri Martin peint l’eau en tourbillons de pâte bleue sombre ou verte tandis que le ciel plus pâle éclaircit l’eau de son reflet.
Dans certains tableaux, le ruisseau traverse la largeur totale de la toile délimitant des registres horizontaux.
La verticale est alors marquée par les hampes rectilignes des peupliers qui bordent le Vert.
Henri Martin affectionne particulièrement les peupliers comme sujet de ses toiles, il écrit par exemple : « J’enrage d’être encore à Paris quand les feuilles des peupliers commencent à sortir à Labastide ! » … Le procédé pointilliste semble bien adapté pour rendre la palpitation de la lumière dont il est soucieux de saisir les imperceptibles changements de tonalité au cours des heures de la journée où les variations de la nature selon les saisons grâce à un travail d’observation sans cesse renouvelé et affiné.

81 x 60 cm

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes