Maîtres anciens & du XIXe siècle chez Artcurial, 75008 Paris

Fin de la vente: le 23 Mars 2017


Ma sélection Découvrir la maison de ventes

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 174 - James Tissot Nantes, 1836 - Chenecey-Buillon, 1902 - Portrait de Mathilde Sée - [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

James Tissot Nantes, 1836 - Chenecey-Buillon, 1902
Portrait de Mathilde Sée
Pastel sur toile préparée
Signée 'J.J. Tissot' en bas à gauche
Annoté 'J James Tissot pastel / Mathilde Sée 22 bvar de Neuilly / Neuilly s s' et une ancienne étiquette portant le numéro '1' sur le montage au verso

Dans son cadre d'origine en bois sculpté et doré de style Maratta

Portrait of Mathilde Séé, pastel on canvas, signed, by J. Tissot
61,50 x 77 cm (24,21 x 30,31 in.)
Provenance : Dans la famille des actuels propriétaires depuis les années 1970 ;
Collection particulière, France
Bibliographie : Willard E. Misfeldt, 'The Albums of James Tissot', Bowling Green, 1982, n° IV.19 ("Portrait of an unidentified lady")
Commentaire : Jacques Joseph Tissot naît le 15 octobre 1836 à Nantes, d'une famille de négociants aisés. Fort d'une éducation jésuite éclectique, reçue en Flandres et en Angleterre, Jacques Tissot monte à Paris pour y suivre les cours de l'Ecole des Beaux-Arts, et plus particulièrement l'enseignement des peintres Hippolyte Flandrin (1809-1864) et Louis Lamothe (1822-1869). Disciple de l'art officiel, il copie les grands maîtres au musée du Louvre et expose au Salon dès 1859.
Rapidement, Tissot abandonne les sujets médiévaux usés de ses premières toiles et s'intéresse au portrait, inclination artistique qui l'introduit au sein la haute société parisienne. Comme l'exprima alors si joliment Théophile Gautier dans sa critique du Salon de 1864 où l'artiste expose ses deux premiers portraits : " Tissot entre dans notre siècle ". S'en suit une série de succès, son talent pour capturer les traits et expressions de ses modèles faisant de lui un portraitiste reconnu par les élites de son temps, et sans doute le plus grand portraitiste de femmes, sa spécialité.
Le peintre est également sensible à l'esthétique britannique, à son naturalisme et ses scènes d'histoire. Exposant régulièrement à Londres et membre de la Royal Academy depuis 1864, Tissot, devenu James Tissot en 1859, s'exile à Londres après les agitations qui secouent la France au début des années 1870. En 1876, l'artiste y fait la connaissance de celle qui sera sa muse et sa compagne, Kathleen Newton. Jeune irlandaise de 22 ans, adultère divorcée et fille-mère, Newton prête ses traits à la majorité des tableaux du maître. Touchée par la tuberculose et condamnée, la jeune femme se suicide en 1882. Cette perte plonge Tissot dans une profonde mélancolie, et pousse le peintre vers les sciences occultes du spiritisme. En quête d'un nouvel idéal, Tissot se tourne vers la religion catholique. Sa foi nouvelle guide sa peinture et lui inspire l'illustration de la Bible, tâche qu'il nourrit de nombreux voyages en Terre Sainte dans les dernières années de sa vie. Parallèlement à ses œuvres religieuses, James Tissot se passionne pour l'art du pastel. Cette passion le pousse à rejoindre la Société des pastellistes français crée à l'initiative de Puvis de Chavannes en 1885, et à appliquer cette technique à ses portraits mondains qu'il continue occasionnellement à réaliser jusqu'en 1888 date à partir de laquelle il consacre entièrement son art au sacré.

L'œuvre que nous avons le plaisir de présenter à la vente est un exceptionnel pastel autographe de James Tissot, que nous pouvons dater de la seconde parties des années 1880, représentant la jeune artiste Mathilde Sée (1864-1934). Cette dernière se fit connaitre en tant qu'illustratrice pour les revues modistes de son époque (La Vie parisienne, Femmes seules, Femina entre autres). Ses dessins mettent en scène la femme parisienne de la Belle Époque, active et libérée. Au fil de sa carrière, la jeune femme va se consacrer avec talent à la réalisation de natures mortes, particulièrement de motifs floraux, sujets en vogue au sein de la communauté artistique féminine de la fin du XIXe siècle. L'intervention de Mathilde Sée auprès des revues de mode, et les relations qu'elle noue avec les femmes notables du XIXe siècle, permettent certainement à l'artiste d'intégrer la haute société parisienne. Cette position privilégiée amène Sée à poser comme modèle pour les plus brillants portraitistes de son temps, parmi lesquels Paul César Helleu ou encore notre artiste James Tissot. Ainsi, notre œuvre, touchant exemple de l'étincelant renouveau que connait le pastel à la fin du XIXe siècle, constitue surtout le témoignage absolu de l'émancipation des femmes à cette époque, avec Mathilde Sée comme figure de proue du mouvement, véritable symbole vivant de cette indépendance féminine nouvelle.

Nous remercions Monsieur Philipp Malzl de nous avoir aimablement confirmé l'authenticité de ce pastel d'après une photographie haute définition.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes

Chargement en cours
A voir aussi sur Auction