Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 12 - JEAN-BAPTISTE CAMILLE COROT (1796-1875) ET THÉODORE CARUELLE D’ALIGNY [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

JEAN-BAPTISTE CAMILLE COROT (1796-1875)
ET THÉODORE CARUELLE D’ALIGNY (1798-1871)
Environs de Rome. Aqueduc de Claude
huile sur papier fort
26 x 55 cm.
Peint vers 1828

50 000 - 70 000 €

Oil on sturdy paper; 10.1/4 x 21.5/8 in.; painted circa 1828.

PROVENANCE
Collection privée, Europe.

Un certificat d’authenticité de Martin Dieterle sera remis à l’acquéreur.

«Un matin... Aligny, frappé par ce qu’il voit, laisse échapper
un cri d’admiration... et quand le soir au café, les plaisanteries
recommencent sur cette naïve application qu’on tourne en ridicule,
il impose silence aux rieurs en disant: ‘Mes amis, Corot est notre
maître.»
- Théodore Caruelle d’Aligny, cité in E. Moreau-Nélaton, Corot raconté par lui-même, 1924, vol. I, p. 16.

«Les études peintes par Corot, avant son séjour en Italie,
n’ont pas grand caractère [...] mais l’Italie le frappa beaucoup
par son climat éclatant, par son rigoureux contraste de lumière
et d’ombres, par la manière grandiose dont les masses se dessinent
sous son beau ciel. La longue observation d’un pays si franchement
éclairé devait lui rendre, pour l’avenir, le travail facile même
dans les contrées d’un aspect voilé. [...] La violence du climat italien
était un alliage indispensable au talent de Corot qui serait peut-être
tombé dans la mollesse à force de douceur; d’un autre coté,
sa nature fine, liante, toute française, l’a préservé de la sécheresse
que provoquait en lui un soleil implacable. »
Théophile Silvestre, Histoire des artistes vivants, 1853.

Crédité comme l’un des pionniers de la peinture en plein air, au même titre que Valenciennes, Michallon
et Caruelle d’Aligny, la première reconnaissance critique de Corot est sans doute dûe à ses paysages d’Italie,
réalisés lors de du premier séjour de l’artiste entre 1825 et 1828. Issu d’une famille de commerçants
parisiens aisés, Corot ne se consacre que tardivement à la peinture, à l’âge de 26 ans, en 1822. Elève
d’Achille-Etna Michallon quelques semaines, puis de Jean-Victor Bertin, auprès de qui il apprend «si peu
de choses», Corot ne s’est pas encore confronté au Salon, et c’est avec l’idéal du Grand Tour et du paysage
classique italien qu’il fait financer son voyage par ses parents, en décembre 1825. Véritable voyage
initiatique, Corot a plus tard considéré ce séjour comme le point culminant de sa formation, et y réalise
les oeuvres qui, de son propre jugement, correspondent le plus à sa sensibilité. Jugeant ses oeuvres de
plein-air comme la partie intime de son oeuvre, Corot n’en expose officiellement qu’une de son vivant (Le
Forum vu des jardins Farnèses, aujourd’hui au Louvre), des quelques cent cinquante produites lors de ce
premier séjour.

Parcourant Rome, Venise et Naples, Corot est loin d’être isolé et s’entoure de confrères venus, comme lui,
découvrir l’idéal italien. Il retrouve rapidement des camarades de l’atelier de Bertin, comme Léon Fleury et
Johann Karl Baehr, et rencontre sur place d’autres paysagistes comme André Giroux et Jacques Brascassat,
tous deux lauréats du prix de Rome. L’historien Vincent Pomarède souligne toutefois que durant cette
période, Corot était le plus souvent en compagnie de deux peintres: Edouard Bertin et Théodore Caruelle
d’Aligny. L’admiration du trio était réciproque, et Caruelle d’Aligny est l’un des premiers à reconnaitre en
Corot le maître incontestable du paysage en plein air. En plus de s’installer sur les mêmes sites, les peintres
pouvaient travailler ensemble en atelier et leurs oeuvres soumises aux critiques mutuelles; c’est probablement
dans ce cadre que la présente composition fut complétée.

Dans l’Aqueduc de Claude, les harmonies suaves du premier plan, les délicats dégradés du ciel et du bleu
des montagnes sont caractéristiques des études à l’huile de Corot, qui parvient à retranscrire la sereine
monumentalité des environs de Rome, dans la chaleur d’un après-midi d’été. On remarque l’attention
particulière accordée aux effets atmosphériques à l’arrière plan, avec la légère nuée au dessus des montagnes,
elles-mêmes bleuies par la distance. Les accents de lumières et d’ombres, très contrastés, dispersées
en touches rapides, rythment la palette et les textures autrement homogènes. Travaillant, il faut le
rappeler, avant l’apparition des tubes de couleurs, Corot lie ses pigments en atelier et les utilise sur le motif
avant leur séchage. Cette approche rapide et instinctive, révèle chez Corot sa compréhension des effets
atmosphériques, et sa capacité à capturer la monumentalité d’un paysage sur un petit format.

Les paysages de plein-air de Corot, même s’ils ne sont pas exposés officiellement, sont largement diffusés
dans les ateliers parisiens au retour de l’artiste, qui est connu pour son altruisme. Rapidement acclamées
par la critique, ces oeuvres sont aujourd’hui considérées comme déterminantes dans le développement
de l’impressionnisme, un demi-siècle plus tard. La présente composition, récemment redécouverte, en est
un exemple caractéristique.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes