Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 8 - [BACON (Francis)] - LEIRIS (Michel). - Miroir de la tauromachie. - [Paris] : [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

[BACON (Francis)] - LEIRIS (Michel).
Miroir de la tauromachie.
[Paris] : Daniel Lelong, [1990]. — In-folio, 480 x 360 : (2 ff. blancs), 56 pp., (4 ff. 2 derniers blancs), couverture imprimée. En feuilles, couverture rempliée, étui-boîte toilé de l’éditeur.

UN DES GRANDS ILLUSTRÉS MODERNES, ORNÉ DE 4 LITHOGRAPHIES ORIGINALES SIGNÉES DE FRANCIS BACON (1909-1992).
Cet ouvrage marque l’apogée de l’amitié sincère et forte qu’entretenaient Francis Bacon et l’écrivain Michel Leiris. Ce dernier fut l’un de ceux qui découvrit l’artiste et reconnut l’importance de ses peintures. Le premier texte qu’il consacra à Bacon fut celui qu’il publia à l’occasion de l’exposition « Francis Bacon » qui eut lieu à la galerie Maeght en novembre 1966. Leiris deviendra par la suite le préfacier attitré des expositions de l’artiste à Paris et lui consacrera plusieurs ouvrages considérés comme des références. Yves Kobry a dit à juste titre que « Leiris a été en quelque sorte l’ambassadeur idéal de Bacon en France » (Kobry, Bacon, vu de France in Catalogue Francis Bacon (1996), Paris, éditions du Centre Pompidou, p. 75) ...
Les deux hommes se portaient une admiration réciproque et le seul texte que Bacon ait publié de son vivant sur un écrivain portait justement sur Michel Leiris. Ce texte parut dans la revue L’Ire des vents en 1981 : « Mieux que personne Michel Leiris nous a montré que la grandeur humaine est intimement liée à la futilité. Pour moi son œuvre est non seulement un document qui contribue à enrichir notre connaissance de l’homme, mais aussi un témoignage personnel qui me touche personnellement. Le désespoir côtoie ces moments d’éclaircie dont la chaîne compliquée se déroule tout le long de cette tragique et merveilleuse corde raide tendue de la naissance à la mort. »
Ce Miroir de la tauromachie, qui est un essai théorique et poétique sur la corrida, revêt une importance toute particulière ; publié pour la première fois en 1938, ce fut le texte qu’envoya l’auteur à Bacon au milieu des années 60 avant que les deux hommes deviennent amis. L’artiste fut véritablement fasciné par ce livre dans lequel il retrouva véritablement les termes définissant sa vision de l’art. Il souligna effectivement dans son exemplaire de nombreux passages ayant trait notamment à la notion du beau, ajoutons à cela les termes utilisés par Leiris comme « fêlure », « dissonance », « décalage », etc. qui sont des composantes essentielles de sa peinture.
Bacon était connu pour son parti pris contre les ouvrages illustrés et en réalisant cette illustration sur ce texte si important pour lui, il voulut marquer toute son admiration pour l’écrivain. Il s’agit du seul livre de Leiris illustré par Bacon. L’auteur mourut malheureusement quelques jours avant l’impression de l’ouvrage mais avait pu heureusement voir les lithographies terminées. Les 3 premières reprennent 3 compositions autour de la tauromachie que Bacon réalisa en 1969 et la 4e est un portrait de Leiris fait d’après celui peint en 1976.
Le tirage de l’édition a été strictement limité à 155 exemplaires sur vélin d’Arches. La valeur des lithographies originales de l’artiste est telle qu’aujourd’hui nombre d’exemplaires ont été amputés des illustrations.
Exemplaire parfaitement conservé.

Demander plus d'information

Thème : Livres Ajouter ce thème à mes alertes