Éloge du Symbolisme : Une collection particulière et à divers chez Artcurial, 75008 Paris

Fin de la vente: le 26 Septembre 2017


Ma sélection Découvrir la maison de ventes

Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 486 - Lucien Lévy-Dhurmer Alger, 1865 - Le Vésinet, 1953 - L'Automne, 1896 - Pastel - [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Lucien Lévy-Dhurmer Alger, 1865 - Le Vésinet, 1953
L'Automne, 1896
Pastel
Signé et daté 'L. Lévy Dhurmer / 96' en bas à droite

Autumn, pastel, signed and dated, by L. Lévy-Dhurmer
52 x 56 cm (20,47 x 22,05 in.)



Expositions : Exposition de la Société des pastellistes français, Paris, 1897, n° 83

Bibliographie : Gabriel Mourey, "A dream painter. M. L. Lévy-Dhurmer", in 'The Studio', Londres, 1897, p. 11
Achille Segard, "Lévy-Dhurmer", in 'La Revue illustrée', 15 décembre 1899, n.p., repr.
'Les Annales politiques et littéraires', Paris, 3 octobre 1909, repr. p. 319
'Autour de Lévy-Dhurmer. Visionnaires et Intimistes en 1900', cat. exp. Paris, Grand Palais, 1973, p. 53-54, mentionné dans la notice du n° 76

Commentaire : Présenté lors de l'exposition de la Société des pastellistes français de 1897, 'L'Automne' constitue la quintessence de l'œuvre symboliste de Lévy-Dhurmer. Par son cadrage resserré, l'utilisation du pastel et de l'or en rehauts, la palette alliant subtilement les tons violet et orangé, l'éloge d'une nature préservée aux saveurs mystiques, ce mouvement tournoyant et tourmenté dont la figure féminine est le sujet, elle offre tous les ingrédients d'un chef-d'œuvre des peintres de l'âme.

Henri Chantavoine décrit en 1909 ce pastel avec un talent qui nous dépasse et nous emporte : " On commence à voir apparaître dans les bois le pâle et charmant visage de l'Automne : la dame de mélancolie revient visiter son domaine préféré. Avec ses cheveux roux et ses yeux de rêve, son écharpe de brume, sa robe vert pâle soutachée de pourpre et d'or et sa traîne cuivrée de feuilles mortes, sa chanson triste où passent les haleines et les murmures de la forêt, elle est toujours étrange et toujours belle comme Ophélie. Heureux celui qui la rencontre et la salue dans les bois au soleil levant ! "
(" L'Automne et les Bois ", in 'Les Annales politiques…', op. cit.).

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes

Chargement en cours
A voir aussi sur Auction