Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 154 - Ω IMPORTANT BRÛLE-PARFUM BOMBÉ en porcelaine et couverte noire éclaboussée [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Ω IMPORTANT BRÛLE-PARFUM BOMBÉ en porcelaine et couverte noire éclaboussée d'émail bleu, à l'imitation du bronze oxydé, et rehaussée de dorure, monté sur huit petits pieds, la panse accostée de deux têtes de monstres, gueule ouverte, crocs acérés et langue arquée, à décor en léger relief de masques de taoties, la base soulignée d'une frise de points et de leiwens, l'intérieur laissé en biscuit. Marque sigillée de l'empereur Qianlong au bleu de cobalt sur fond blanc sous le brûle-parfum.
(Quelques petites égrenures et des usures).
Chine, dynastie Qing, période Qianlong (1736-1795).
AN IMPORTANT IMITATION ARCHAIC BRONZE PORCELAIN CENSER, GUI, CHINA, QING DYNASTY, QIANLONG MARK AND PERIOD.
HAUT. 9,2 CM (3 5/8 IN.) - DIAM. 19 CM (7 1/2 IN.)

NOTE
La forme de notre brûle-parfum gui reprend celle des bronzes antiques qui ne cessèrent d’inspirer les artistes chinois depuis qu’au XIe siècle, sous la dynastie des Song, une défluviation du fleuve Jaune mit au jour des sites datant de la dynastie des Shang. Elle rend hommage au goût archaïsant de l’empereur Qianlong (1736-1795), fin lettré admirateur de la culture chinoise ancienne et grand amateur d’antiquités, qui fit établir de 1749 à 1755 le Xinqing gujian, un catalogue en quarante tomes des reliques du passé appartenant aux collections impériales. Sous son règne, des bronzes antiques originaux furent portés à Jingdezhen pour y être copiés, donnant naissance à une longue chaîne de duplication. Cette dernière permit à ces formes empreintes de la tradition d’infiltrer toutes les couches sociales. Pour l’empereur Qianlong, mandchou d’origine, il s’agissait aussi d’un acte politique dont le but était de renouer avec l’esprit d’antan, en l’occurrence, le confucianisme qui prônait le retour à un prétendu âge d’or. Notre étonnant brûle-parfum -à la fois sérieux par son usage et joyeux par sa relecture du masque de taotie de la Chine archaïque- recèle aussi de subtiles beautés cachées. En effet, sa couverte sombre imitant le bronze laisse apparaître, quand on l’examine attentivement, des touches d’émail blanc bleuté évoquant les produits d’oxydation caractéristiques des alliages de cuivre. Ses prises plastiques sont tout autant remarquables par leur traitement virtuose qui n’omet pas de représenter les langues galbées des monstres dont elles empruntent l’aspect. Bien que sans équivalent formel recensé, notre brûle-parfum est en communauté d'esprit avec les productions métalliques portant la marque "Yunjian Hu Wenming zhi", "fait par Hu Wenming of Yunjian", (voir Bonhams, 12 mai 2016, lot 8) et une verseuse yi en porcelaine conservée au Walters Art Museum de Baltimore (49.795).

Demander plus d'information

Thème : Bronze Ajouter ce thème à mes alertes