Créez un compte Premium et accédez aux résultats des ventes de plus d'un mois, avec leurs descriptifs et leurs photos !

Voir les offres Premium
Ma sélection

Lot 38 - SÈVRES Marronnière à ozier couverte en porcelaine tendre à décor de filet or et [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

SÈVRES
Marronnière à ozier couverte en porcelaine tendre à décor de filet or et rubans bleu.
Marquée : LL entrelacés, lettre-date G pour 1760. XVIIIème siècle, 1760.
H. 13 cm, L. 27 cm.

Les marronnières sont mentionnées pour la première fois dans l'inventaire du stock de la manufacture de Sèvres en 1757, avec les dénominations : marronnières unies et marronnières a compartimens (Arch. MNS, I7, 1758, f°6).

Dans l'inventaire du stock de 1758, apparaissent parmi les nouveaux modèles les marronnières à ozier, marronnières contournées et parmi les pièces en biscuit des marronnières forme Pompadour et marronnières ovales (Arch. MNS, I7, 1759, f°6).

Trois formes différentes de marronnières sont aujourd'hui connues :
L'une, le couvercle bombé, l'anse formée de deux rinceaux enlacés, reprend la forme du sucrier ovale à compartimens mais augmentée de jours percés en forme de feuillage.

La seconde dont nous connaissons seulement trois exemplaires à plateau détaché, les motifs ajourés formés d'arches superposées traversées par des chevrons (voir l'exemplaire de la collection Wenz, vente Ferri, 12 décembre 2007, lot 153).

Enfin la forme correspondant à la nôtre, dénommée marronnière tenant au plateau ou marronnière à ozier, est d'une forme plus proche de la nôtre, le couvercle, le corps et le bord du plateau sont entièrement ajourés de chevrons disposés en zig-zag autour desquels s'enroulent des rubans.
Environ une vingtaine de ces marronnières sont aujourd'hui répertoriées, les plus anciennes étant datées G pour 1760.

Les marronnières étaient probablement utilisées à table lors du dessert pour servir les marrons glacés, les percements permettant à l'air de circuler pour éviter au sucre de fondre et pour laisser s'écouler au centre du plateau l'excès de sucre.

L'Encyclopédie décrit cet usage :
On sert dans les meilleurs tables, au dessert, les marrons rôtis sous la cendre ; on les pèle ensuite & on les enduit de Suc d'orange, ou de limon avec un peu de sucre.
D. Diderot et J. d'Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, 1772, p.240, cité par R. Savill, Catalogue of the Sevres porcelain, the Wallace Collection, p. 760.

Demander plus d'information

Thème : Céramique, Verrerie Ajouter ce thème à mes alertes